HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Cigogne blanche :

Une tentative de nidification exceptionnelle à l’Aquascope Virelles en 2015 !

 

Pour découvrir en détail le récit de la nidification de ce couple de cigognes blanches, cliquez ici...

" Quand les cigognes n'en font qu'à leur tête...", par Anne Sansdrap

 

 

Mercredi 24 juin. Les voilà à nouveau posés sur le nid puis ils font la sieste au bord de l’étang. La scène est magnifique même si teintée d’un peu de mélancolie. Posé sur une patte, bec enfoui dans les plumes du cou, chaque oiseau offre à son conjoint son reflet comme dans un miroir. La symétrie de leur attitude est parfaite. A partir de cet instant, ils se feront plus rares…

 

 

Mardi 23 juin. Le couple se perche sur un lampadaire face à notre bâtiment. Dérangés par l’arrêt de quelques voitures, ils filent vers la vallée de l’Eau Blanche.

 

Lundi 22 juin. La nouvelle tombe comme un couperet : depuis la veille, le nid est déserté par les cigognes

Vu le très jeune âge du père, il est déjà très étonnant que les œufs aient été fécondés et menés jusqu’à l’éclosion. Les parents semblaient tout affronter, la chaleur, le vent froid, l’orage et les divers attaquants. Un échec sans doute dû à leur manque d’expérience.

L’échec laisse une déception mais il ouvre avant tout l’espoir d’une nouvelle tentative dans un an !
 

 

Lundi 15 juin. Carnet rose pour l'étang : naissance de deux poussins de sterne pierregarin, tout à fait craquants avec leur ventre blanc couvert d’un manteau léopard. A peine nés, ils pètent la forme, courent à toutes pattes et ouvrent bien grand leur bec orangé. Ils n’hésitent pas à tendre le cou, se redresser fièrement et bondir vers l’adulte qui rentre au nid.

 

 

Samedi 13 juin. Vers 15h30, l’adulte présent, sans doute la femelle, saisit un des jeunes dans son bec en l’attrappant par le cou. Elle se redresse, le soulève et le laisse retomber immédiatement. Voyant qu’il a échoué sur le bord du nid, elle s’en empare à nouveau, fait un pas vers l’avant et cette fois, elle veille à l’éjecter par dessus bord. La vie reprend ensuite son cours, sans que le parent ne manifeste d’attitude particulière. Il se recouche calmement sur sa nichée. Sans doute avons-nous perdu le petit dernier de la famille Dalton…

 

 

Jeudi 11 juin. Les intrus se montrent de plus en plus sans-gêne, tentent de se poser sur le nid ou aux abords immédiats et se font repousser par notre mâle, qui se couche ensuite pour protéger ses poussins.

 

Mercredi 10 juin. Le mâle chasse avec quatre autres cigognes dans une prairie fauchée à la périphérie de Chimay. Les images tournées par le drone de RTL INFO révèlent la présence de trois jeunes.

 

 

Mardi 9 juin. Deux petites têtes auraient été aperçues. A plusieurs reprises, l'adulte, qui revient de la chasse et rejoint le nid, est suivi par des cigognes intruses.

 

 

Lundi 8 juin. L'adulte présent au nid passe le plus clair de son temps couché en raison d'un vent du nord soutenu et glacial. Le "quatre heures" des jeunes est composé de vers de terre.

 

 

Vendredi 5 juin. La nichée affronte chaleur étouffante puis orage violent.

 

 

Jeudi 4 juin. Le comportement des adultes change à nouveau. Durant l’après-midi, la femelle reste seule debout sur le nid, s’affaire longuement au-dessus du cœur de la cuvette et distribue de petites quantités de nourriture. Nul doute qu’un premier jeune, au moins, vient de naître ! Vers 17h30, le mâle vient prendre le relais et régurgite immédiatement des aliments avant de procéder soigneusement à leur distribution. En début de soirée, dès que la température fraîchit, il se couche délicatement pour protéger les jeunes en veillant à bien écarter ses ailes. Combien sont-ils ? Impossible à ce jour de le savoir précisément…

 

 

Jeudi 28 mai : Depuis trois semaines, la couvaison suit son cours, mâle et femelle se relayant consciencieusement au nid. On sait depuis des lustres que cigognes et bébés font souvent bon ménage. Les premiers jours de juin célébreront sans doute un heureux événement !

 

Lundi 11 mai : le mail tant attendu d'Allemagne arrive enfin, révélant que notre mâle a été bagué au nid en Allemagne, dans la Vallée du Rhin (à 80 Km au NE de Strasbourg) le 4 juillet 2013. Il s'agissait d'une première nidification sur ce nid et ses parents ont mené un seul jeune à l'envol. Il n'a donc que deux ans ! La couvaison suit son cours...

 

Jeudi 7 mai : nos cigognes jouent les vedettes ! RTL, Vivacité, Télésambre, L'Avenir, la Nouvelle Gazette... La presse s'emballe pour relayer cette nidification exceptionnelle en Wallonie. Sous l'oeil des caméras, le mâle rentre au nid, retourne les oeufs et prend le relais de la femelle alors que celle-ci part s'alimenter dans les prés de Virelles

 

   

Mercredi 6 mai : effectivement, la femelle ne quitte plus le nid depuis le début du mois ; le mâle vient de temps en temps  chercher des matériaux près de l'Aquascope ; il est régulièrement vu en vol avec un troisième individu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 4 mai, 7h : le mâle est posé juste à côté de l'Aquascope, l'occasion inespérée de faire une relecture de sa bague : AL668 DER ; envoi d'un mail au Dr Fiedler de l'Institut d'ornithologie de Radolfzell en Allemagne pour avoir des informations au sujet de l'oiseau ; comme plusieurs autres individus sont toujours observés sur le site, une plateforme est installée d'urgence sur le toit de l'Aquascope pour essayer de préserver la tranquillité du couple nicheur

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 1er mai : cette fois, la femelle ne quitte plus le nid ; la couvaison vient sans doute de débuter

 

 

Mercredi 29 avril : incroyable observation de cinq cigognes qui "jouent à la chaise musicale" en vol autour du nid et tentent de se poser ; le couple reprend possession de la plateforme ; la veille, sept oiseaux ont été observés en vol !

 

Vendredi 24 avril : les observations du couple se répètent, la durée des accouplements s'allonge et les oiseaux ramènent des matériaux au nid ; ils ont l'air de fréquenter aussi la Vallée de l'Eau Blanche ; un troisième individu traîne toujours dans les parages

 

Lundi 20 avril : grand retour du couple de cigognes blanches depuis le début du week-end ; séances de parades avec accouplements qui confirment que c'est bien le mâle qui porte une bague à la patte gauche ; quatre individus sont même signalés aux abords de l'étang

 

Vendredi 17 avril : trois jours sans observation à signaler... Nous auraient-elles quittés ?

 

 

Mardi 14 avril : cela fait deux jours que les cigognes s'attardent, se posent sur la pateforme et claquent occasionnellement du bec ; un des individus est bagué

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 12 avril : installation près du Ry Nicolas d'une plateforme permettant la nidification du Balbuzard pêcheur ; à notre grand étonnement, dès 10h, une cigogne blanche se pose sur la première plateforme installée la veille sur l'île boisée au milieu de l'étang. Deux cigognes blanches sont même vues en vol...

 


 

 

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl