HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Focus

» Ornithologie

» Sterne arctique

» L’Avocette élégante

» Le Balbuzard pêcheur

» Le Pygargue à queue blanche


Saviez-vous que…

Chaque année, l’une ou l’autre nouvelle espèce d’oiseau est observée sur le site de l’étang de Virelles.

Individus des hautes mers qu’une tempête a emportés très à l’intérieur des terres, espèce d’Europe méridionale ayant accompagné plus qu’à l’accoutumée une espèce remontant vers nos contrées ou troupes nombreuses et bruyantes que la pénurie de nourriture a conduites chez nous,…

Récompense suprême d’avoir scruté le ciel des heures durant ou plus simplement chance de lever les yeux au bon moment. Peu importe… Devant ce moment rare, les ornithologues avertis se régalent, les enfants tout contents ne retiendront quant à eux qu’une image un peu floue d’un oiseau ayant jeté l’espace d’un instant l’émoi dans le cœur des hommes …

Cette année, la nouveauté nous arrivera en Avril avec la Sterne arctique qui sera observée à deux reprises sur le site (2 ex le 14/04 et 1 ex le 16), du jamais vu !!

Sterne Arctique. Virelles, le 14/04/06.

Photo Philippe Deflorenne.

 

A la recherche du soleil de minuit… Véritable recordman des migrateurs au long cours, la Sterne arctique entreprend un voyage aller-retour de près de 35.000 kilomètres en 4 mois de la Scandinavie où elle niche aux mers australes bordant l’Antarctique où elle hiverne. Bénéficiant ainsi plus que tout autre oiseau du maximum d’heures de jour, ce périple lui permettra d’exploiter plus longtemps les sources de nourritures là où elles sont abondantes et variées…

La Sterne arctique est différente de sa cousine la pierregarin :

  • Bec rouge foncé assez court et sans pointe noire.
  • Pattes très courtes.
  • Queue avec deux très longs filets qui dépassent nettement des ailes au repos.

La Sterne quoi ??

La Sterne arctique (Sterna paradisaea) est un oiseau aquatique de la taille d’une petite mouette à ventre blanc et à dos gris pâle avec le dessus de la tête noir. Sa queue est longue et fourchue, ses ailes étroites et pointues. Le bec et les pattes sont rouges.

Ressemble beaucoup à la Sterne pierregarin qui est quant à elle observée chaque année sur le site de Virelles. De longs surplaces la tête penchée vers le bas, des piqués rapides lui permettent d’attraper les petits poissons, le plancton et autres crustacés en surface.

 


Saviez-vous que……

L’itinéraire migratoire et la destination exacte d’une population d’oiseaux restent bien souvent encore des inconnues. Si l’on sait que telle espèce se reproduit dans tel et tel pays, que l’hivernage se passe dans telle et telle contrées, on ne peut bien souvent en dire beaucoup plus… Où partent les individus nés à tel endroit ? Quels sont les itinéraires employés ?

Des questions, toujours des questions !!!

Or on ne peut vraiment protéger que ce que l’on connaît…

Le samedi 12 Mars 2005, 8 Avocettes élégantes étaient observées sur le site de l’étang de Virelles. Un de ces limicoles était porteur à chacune de ses pattes d’une suite de bagues de couleurs (à gauche ; Vert-Jaune-Rouge, à droite ; Métal-Jaune-Rouge). Ces séries colorées présentent l’avantage d’être visibles à grande distance…

Une recherche sur Internet nous permit de découvrir que ce code de couleurs avait été utilisé pour cette espèce lors d’une campagne de baguage scientifique en Allemagne. Un contact fut pris avec le Professeur concerné afin d’en savoir plus sur l’origine de cet oiseau.

Cette Avocette élégante a été baguée adulte le 20/05/1994 au nord d'Hambourg en Allemagne (côté mer du Nord) où les observations ont été nombreuses depuis lors en période de reproduction…

L’hiver, l’oiseau fut contacté à 3 reprises (1996, 97, et 99) au sud de Lisbonne au Portugal.

Voilà donc en partie percé le mystérieux itinéraire de « l’élégante ».

De ses nombreux souvenirs de voyages, l’oiseau emportera un peu de notre étang…

 

L’Avo quoi ??

 

 L’Avocette élégante (Recurvirostra avosetta) est un limicole (« qui habite la vase ») au plumage blanc et noir et au bec retroussé. Son poids tourne aux alentours des 300 grammes pour 45 centimètres.

Nicheur typique des eaux salées et saumâtres (riche en micro-crustacés et larves de toutes sortes), on le rencontre essentiellement le long des côtes, du Danemark à l’Espagne, où l’oiseau niche en colonie d’importance variable. Les individus du nord passent l’hiver des côtes de France aux côtes d’Afrique. C’est dans une cuvette sommairement moulée dans le sable que 4 œufs sont déposés et couvés pendant près de 3 semaines.

Durant les 40 jours nécessaires à l’élevage des jeunes, les parents montrent une agressivité sans égale à l’encontre de toutes autres espèces ; Chevaliers, Mouettes, Canards,… gare aux intrépides qui oseraient braver les limites, le long bec incurvé saura les mettre en fuite !!!

A Virelles, c’est lors des mouvements migratoires, à savoir de mars à mai et de fin juin à septembre que l’espèce peut être observée se reposant sur un îlot, « sabrant » du bec à la recherche de nourriture (un individu consomme en moyenne la moitié de son poids par jour !), ou, fait très rare pour un limicole, flottant au loin telles des Mouettes rieuses…

 


 

Saviez-vous que…

Photo Raphaël Lebrun

L’été 2003 restera dans les mémoires des ornithologues locaux comme l’année de tous les espoirs pour ce qui est d’un possible retour en tant que nicheur du Balbuzard pêcheur aux alentours de la réserve naturelle de l’étang de Virelles.

 Malheureusement, malgré des indices sérieux (présence estivale d’un couple et transport sur une très longue distance de la proie pêchée) et une certaine mobilisation des observateurs locaux le nid ne fut pas trouvé, le mystère restera donc entier… Selon toutes vraisemblances le nid se serait trouvé entre l’étang de Virelles (80 ha) et l’étang du Val Joly (180 ha) situé de l’autre côté de la frontière toute proche.

Le Balbu quoi ??

 

Le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) est un grand rapace diurnee (qui vit le jour) au  plumage globalement très pâle vu du dessous et au bandeau sombre partant de l’œil jusqu’au cou.

Son poids tourne aux alentours des 1.500 grammes pour près d’un mètre septante d’envergure.

   

Grand spécialiste de la pêche en piqué, c’est une émotion toujours renouvelée que de le voir après parfois de longues minutes de planés nonchalants « chuter » brusquement de plus de 30 mètres les ailes à demi repliées et terminer sa course dans l’étang.

 

Régulièrement l’objectif est atteint ; un poisson d’une demi livre… Peu importe l’espèce ; Brochet, Perche, Brème ou autre, du  moment que la taille est jugée suffisante et non excessive

 

Les populations européennes ont deux origines, des oiseaux du Nord (Suède, Finlande,…), et des individus du Bassin Méditerranéen (Corse, Espagne,…).    

 

Chez nous, le Balbuzard ne niche plus sur les bords de Meuse et les Ardennes Belges depuis 1900.

Dans de nombreuses contrées d’Europe où il avait disparu, le grand rapace niche à nouveau, notamment en  France continentale depuis 1984 où sa population n’a  depuis cessé de croître…

 

A l’avenir, le Balbuzard, un oiseau de passage en Mars-Avril et Août-Septembre, ou une nouvelle espèce nicheuse à l’étang de Virelles ??

 

En tous cas on continue d’y croire…

 

 


 

Saviez-vous que…

Pygargue à queue blanche, Virelles le 06/03/2006 ( P. Vanmeerbeeck)

L’hiver tardif fut l’occasion pour certains amateurs d’oiseaux d’observer des espèces habituellement plus nordiques voir plus orientales en recherche de conditions favorables. L’étang de Virelles a eu droit à sa bonne surprise. Elle avait pour nom Pygargue à queue blanche…

Le dimanche 05 Mars restera sans doute à jamais gravé dans les mémoires de la famille Sépulchre. Peu de temps après leur arrivée à l’Aquascope-Virelles, en regardant dans les longues-vues mises à disposition, ils sont très rapidement intrigués par « ce gros rapace sur la glace » qui semble les toiser de son regard perçant. Nous confirmons rapidement ; un Pygargue à queue blanche !! C’est un immature… Mais l’oiseau bien vite prend son envol, ne nous laissant que son souvenir en pourboire…

Il sera heureusement revu à de très nombreuses reprises les jours suivant.

Qu’à l’avenir de nombreuses familles puissent encore contempler ce prodigieux ambassadeur d’une liberté authentique et sauvage…

Le Pyga quoi ??

Le Pygargue à queue blanche (Haliaetus albicilla) est le plus grand rapace Nord - Européen. Son poids tourne aux alentours de 5 kilos pour près de 90 centimètres et une envergure record de plus de 2 mètres !! La tête, la queue et le bec sont pâles chez l’adulte, les juvéniles sont quant à eux plus foncés.

 Essentiellement piscivore, il ne dédaigne cependant pas les oiseaux aquatiques, (canards, mouettes,…), voire des charognes si l’opportunité se présente.

Nicheur des régions côtières, des lacs et fleuves poissonneux, on le trouve surtout dans les pays scandinaves, la Russie.Autrefois assez abondant dans toute l’Europe, c’est aux diverses et injustes persécutions dont il fut victime aux siècles derniers (tir, piégeage, empoisonnement,…) que l’on doit son inquiétante raréfaction.

 

 

 

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl